Un article traduit de l’anglais par Soizic Le Gouais

Tu pensais ta question franchement anodine :

“Tu as mis tes livres de bibliothèque dans ton sac?”

Après tou, c’est la veille du jour où ton enfant de six ans doit rendre ses livres à la bibliothèque. Et tu l’as bien vu : rapporter de nouveaux livres chaque semaine, c’est vraiment quelque chose qu’il adore.

C’est pourquoi ce qu’il te répond est la dernière chose à laquelle tu t’attendais : les mains sur les hanches, les yeux levés au ciel, tu l’entends dire, un ton de défi dans la voix : “Non, je n’ai pas rangé mes livres dans mon sac, Maman. Et alors, qu’est-ce que tu vas faire ?″

Et là, tu tombes des nues….

Que vas-tu faire face au comportement insolent de ton enfant ?

Les enfants ont le chic de choisir des façons bien personnelles pour nous faire comprendre que quelque chose ne va pas. C’est précisément ce à quoi servent leurs comportements : nous faire comprendre que la connexion qu’ils ont avec nous est distendue.

C’est le moyen que ton enfant utilise pour te dire : “Hé, je suis là”- ce qui, en fait, peut être traduit par : “Hé, j’ai besoin que tu me regardes vraiment”, voire : “Quelque chose ne va pas. J’ai besoin d’être rassuré.”

Quelle qu’en soit la raison, à ce moment-là ton enfant ne se sent pas en grande forme, comme s’il avait perdu confiance en lui ou qu’il ne se sentait pas en sécurité.

Et même si le comportement insolent de ton enfant est franchement désagréable, admettons-le : c’est sacrément efficace. En général, tu t’arrêtes net dans ce que tu étais en train de faire et quasi instantanément, tu réagis d’une façon ou d’une autre.

Malheureusement, les insultes, l’impertinence, l’impolitesse, ou la provocation ne sont pas les moyens les plus efficaces pour convier l’empathie que les enfants méritent.

Au lieu de cela, ces paroles déclenchent en nous parents, des réactions à l’opposé, du style :

  • Qu’est-ce qu’il est grossier/mal élevé/impertinent !
  • Je n’aurais jamais parlé comme ça à mes parents !
  • Mes parents m’auraient étranglée si j’avais été une enfant aussi insolente devant eux !
  • Je suis sûre qu’aucun enfant de mes amis ne parle comme ça à ses parents !

Dans ces moments-là, dur alors de ne pas céder à la tentation de leur répondre sur le même ton ou d’utiliser la force pour arriver à nos fins. En même temps, on sait bien qu’en faisant ça, on passe complètement à côté du problème de fond.

Le manque de respect est en fait un compliment

“Un compliment, vous plaisantez ?” as-tu peut-être envie de dire. Eh bien, non !

En voici l’explication :

Quand les enfants se sentent en sécurité avec ceux qu’ils aiment, ils se sentent suffisamment bien pour exprimer tous leurs sentiments. C’est pourquoi même si sa maîtresse te répète qu’il se comporte très bien en classe, il peut exploser régulièrement dès qu’il est seul avec toi à la maison.

La prof de danse de ta enfant peut te féliciter sur le fait qu’elle est charmante en cours, mais à la maison, tu peux avoir l’impression de parler à un mur lorsque tu essaies d’échanger deux mots avec elle.  Ou bien ta demande de ranger ses affaires de foot, se solde peut-être souvent par un refus définitif de ton enfant, voire un coup de pied sec qui envoie son sac au beau milieu du salon.

C’est la façon qu’ont nos enfants d’attirer notre attention, alors qu’ils n’oseraient pas le faire ailleurs, que ce soit à l’école ou en cours de danse. On a su créer pour eux un environnement émotionnel sécurisant, et ils en profitent pour oser s’y montrer exactement comme ils se sentent. Et c’est là qu’ils s’autorisent à dépasser un peu les bornes. Bon, soyons honnêtes, ils vont parfois vraiment loin !

Est-ce vraiment si différent de ces moments où notre conjoint nous voit claquer les portes des placards de la cuisine et nous demande s’il peut nous aider, alors qu’on se sent tellement contrariée par Dieu sait quoi, qu’on lui répond “NON” et qu’on continue à faire un vacarme pas possible ?

En soi, on est content que notre conjoint nous propose son aide, mais on se sent tellement à cran que l’on sait qu’on va exploser si on essaie de lui expliquer ce qui ne va pas.

Quand les enfants sont impertinents, ils envoient un signal. Ils nous font savoir qu’ils ne se sentent pas bien. De la même façon que pour nous, claquer les portes signifie : “Ma journée a été vraiment pourrie!”

Peut-être que notre enfant s’est fait injurier et qu’il ne sait pas analyser ce qu’il a ressenti, mais il sait juste que ça ne va pas.

Ou peut-être qu’en classe tout le monde s’est moqué de lui parce qu’il ne savait pas répondre à la question de la maitresse. Ou dans le bus il a entendu les enfants injurier le conducteur et il a bien compris que c’était déplacé et il a senti une pointe d’inquiétude. Et quand tout le monde rigolait, il ne comprenait pas pourquoi, lui, il ne trouvait pas ça drôle du tout.

Ces sentiments confus s’accumulent dans son sac à dos émotionnel. Et quand ce sac est plein, sans surprise,  il déborde. En débordant, tous ces sentiments désagréables l’envahissent, et ton enfant déraille complètement : il peut se montrer provocateur, agressif, ou encore complètement déprimé.

Il aimerait expliquer ce qu’il a, mais c’est trop dur de trouver les mots pour le dire. Son cerveau et son corps sont submergés par ces sentiments, et par les exigences auxquelles il doit répondre constamment dans sa vie de tous les jours.

Qu’est ce qui peut améliorer la situation ? Qu’est ce qui pourrait mettre fin au comportement déplacé de ton enfant et le remettre sur les rails?

TOI, tout simplement.

En se sentant en lien avec toi, ton enfant se sent mieux avec lui-même. Il le sait. Et c’est pour ça qu’il te montre qu’il a besoin de toi. Il te provoque. Il se dispute avec son frère. Il claque les portes. Il lance un signal pour se rapprocher de toi mais ce signal se retrouve perdu dans un flot de comportements irrespectueux.

Ignorer le comportement irrespectueux de ton enfant ne fait qu’accentuer le problème

Comment gérer le comportement irrespectueux de ton enfant en 10 étapes pratiques