Un article traduit de l’anglais par Soizic Le Gouais

Tu n’as pas besoin de savoir ce qui cause la colère de ton enfant

Les crises de colère sont des émotions fortes qui sortent dans une grande explosion. Tous ces sentiments sont acceptables. Tous ces sentimentstristesse, chagrin, frustration, colère, rage sont valables. Mais avec le temps, les petites blessures, les peurs et les inquiétudes peuvent s’accumuler. Et en tant que parent, je me demande souvent : “Mais à quoi rime cette crise de colère ?” Pourtant, je trouve que chercher les causes des crises de colère ne fait que m’empêcher d’être pleinement présente avec mon enfant quand il est contrarié ou bouleversé. Je sais que si j’arrive à mettre de côté mes jugements un peu durs ou mes attentes parfois déraisonnables, j’arrive alors à mieux le guider à travers ses sentiments difficiles.

Parfois, nous avons le sentiment que notre enfant a bien digéré une expérience difficile pour lui. Et pourtant, c’est au détour d’une crise de colère, en apparence sans rapport, qu’il va nous faire comprendre que ce n’était pas le cas.

Un matin, quand Julien avait environ 5 ans, il s’est réveillé du mauvais pied. Comme sorti de nulle part, il m’a posé des questions sur une sorte de goûter aux fruits que je lui avais déjà acheté une fois.

Une seule fois.

Et il y a des mois.

Garder une voix chaleureuse et accueillante aide.

Alors que je m’étirais et me réveillais, il a continué à me poser des questions sur ce goûter. Il m’a fallu quelques minutes pour comprendre qu’une sacrée colère se préparait. Je ne lui avais pas acheté ce goûter aux fruits et il le voulait !

“Aaaaaah, mais je sais de quels goûters aux fruits tu parles ; c’est ceux qui sont tordus ?”

“Oui, les rouges tordus! J’en veux un MAINTENANT! Tu dois aller m’en chercher !”, m’a-t’il dit d’un ton remonté et grincheux.

“Non”, ai-je répondu, en gardant ma voix douce et basse, sans relever son impolitesse. “Je ne vais pas aller en chercher.”

“SIIIIII ! JE VEUX CES GOÛTERS AUX FRUITS ! JE LES VEUX MAINTENANT!”

“Non”, ai-je répété, d’une voix ferme et douce. “On ne va pas en manger maintenant.”

Pas besoin de faire honte à son enfant ou de se mettre en colère quand on utilise cette approche.

What to do if your child won't staylisten